Présentation de l'académie de Bordeaux

PARTAGER CETTE PAGE

Caractéristiques économiques et géographiques

L’Aquitaine est une des régions françaises les plus étendues avec une superficie de 41 300 km2. Elle regroupe cinq départements dont trois, la Gironde, les Landes et la Dordogne, sont parmi les plus vastes de France. S’y ajoutent les Pyrénées-Atlantiques et le Lot-et-Garonne. Les limites de l'académie de Bordeaux s'identifient à celles de l'Aquitaine.
 

Carte géographique de l'Aquitaine

Publication du site de l'Insee : www.insee.fr/fr/regions/aquitaine



L'Aquitaine, terre de contrastes

Une densité de population relativement faible

En Aquitaine, la densité de population est en moyenne de 78 habitants au km² alors qu'elle est de 115 hab/km² en France métropolitaine et de 117 hab/km² dans l'Union européenne. Elle se caractérise également par d’importantes disparités entre territoires. Ainsi, l’écart varie entre moins de 5 habitants au km² dans certains cantons ruraux et plus de 4000 habitants au km² pour les secteurs les plus urbanisés.

Quelques chiffres

  • Superficie : 41 000 km², soit 7,6 % de l'Hexagone
  • 2 296 communes
  • 3 agglomérations de plus de 150 000 habitants : Bordeaux, Bayonne, Pau
  • 4ème région de France par la superficie (après la Guyane, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes)
  • 6ème région de France par la population (3,29 millions d'habitants en 2012, soit 5,2 % de la population métropolitaine)
  • 12 « grandes aires urbaines » abritent 73% des Aquitains et occupent 38,5 % du territoire régional
     

Les unités urbaines de l'Aquitaine – délimitation 2010



Les cinq départements d'Aquitaine

La Dordogne

Le département de la Dordogne se situe à mi chemin entre l’océan et le Massif Central. Au nord et au nord-est se situe le Limousin. Cette position géographique lui confère un climat tempéré. Ses frontières administratives se confondent avec celles du Périgord historique. 

  • Au nord, le Périgord vert constitue un véritable écrin de verdure vallonné et sillonné de ruisseaux et de rivières.
  • Au centre du département, d’ouest en est, le Périgord blanc est un pays de plateaux calcaires et de larges vallées couvertes de prairies. 
  • Le Périgord noir occupe le quart sud-est de la Dordogne. Semé de multiples châteaux forts, de villages sauvegardés et de sites préhistoriques mondialement connus, il domine les vallées de la Vézère et de la Dordogne
  • La région de Bergerac, en descendant vers l’embouchure de la Dordogne, a récemment été nommée « Périgord pourpre », en référence à son vignoble renommé. C’est aussi le pays de Montaigne, des bastides et des gabarres. Périgueux en est la préfecture et Bergerac, Sarlat-la-Canéda, et Nontron les sous préfectures.

    Avec ses quatre arrondissements, la Dordogne se compose de 50 cantons et 557 communes.

La Gironde

C’est le département le plus peuplé de la région. Il est aussi le plus grand département français en superficie, soit 1,85 % du territoire national et 24,2 % de l'Aquitaine. 

Fleuves, estuaire, lacs, bassin et océan : la Gironde, ce sont d’abord des eaux. La Garonne et la Dordogne se rejoignent pour former l’estuaire de la Gironde, le plus long d’Europe (100 Km). Le bassin d’Arcachon, véritable « petite mer intérieure » est exceptionnel par son ouverture sur l’océan Atlantique. La côte océane offre de superbes plages de la pointe du Verdon à la frontière des Landes. Ses lacs (Hourtin-Carcans, Lacanau et Cazaux) comptent parmi les plus vastes de l’Hexagone. Terre de tradition, la Gironde c’est aussi la vigne et la forêt. Héritage somptueux de l’histoire, la vigne s’étend sur 500 communes.  C’est également le deuxième département forestier français.

Bordeaux en est la préfecture et Blaye, Langon, Lesparre-Médoc, Libourne, les sous-préfectures. La Gironde comporte cinq arrondissements, 63 cantons et 542 communes.


Les Landes

Le département des Landes est couvert sur les 2/3 de sa superficie par la plus vaste forêt d’Europe essentiellement constituée de pins maritimes. Par sa superficie, il est le deuxième plus vaste département de France. Bordées au sud par les premiers contreforts pyrénéens, les Landes s'ouvrent à l'ouest sur l'Atlantique.

Habité depuis la préhistoire, zone de conflit pendant la guerre de Cent-Ans, lieu de rencontre de trois des quatre chemins du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, ou encore, terre d'affrontements pendant les Guerres de Religions, le territoire des Landes, a profondément été modifié au XIXème siècle pour aboutir à son image actuelle.

Mont-de-Marsan en est la préfecture et Dax la sous préfecture. 
Les Landes se composent donc de deux arrondissements totalisant 30 cantons et 331 communes.


Le Lot-et-Garonne

Le Lot-et-Garonne est le plus petit département aquitain. 
Le département fut créé par décret du 9 février 1790 : ses limites correspondaient à peu près à l'Agenais et ne furent modifiées qu'en 1808, lors de la création du Tarn-et-Garonne qui lui ôta les cantons de Montaigu, Auvillar et Valence-d'Agen. Après avoir décidé d'alterner le chef-lieu entre les principales villes, l'assemblée départementale y renonça dès 1791 : Agen l'emporta grâce à son passé historique sur Aiguillon et Tonneins.

Agen en est la préfecture et Marmande, Nérac, Villeneuve-sur-Lot, les sous-préfectures. Le Lot-et-Garonne compte quatre arrondissements, 40 cantons et 319 communes.


Les Pyrénées-Atlantiques

Le département des Pyrénées-Atlantiques couvre le Pays basque français et le Béarn. L’agglomération Bayonne – Anglet – Biarritz et la ville de Pau en sont les pôles essentiels.

Le 12 janvier 1790, l'Assemblée nationale institue le département des « Basses-Pyrénées » réunissant le Béarn, les trois provinces françaises de langue basque (le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule), ainsi que les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache. Le découpage suit d'assez près les lignes imposées par la géographie : montagne, mer, fleuve. Bordées à l'ouest par l'océan et au sud par la chaîne pyrénéenne, les Pyrénées-Atlantiques sont marquées par cette double influence.

Elles lui doivent leur richesse paysagère, leur climat doux et la complexité de leur histoire. Au sud, la montagne offre une grande variété de sites exceptionnels : pics enneigés, cirques immenses, gorges étroites, lacs, grottes et cascades. Hugo, Taine, Lamartine, et bien des poètes romantiques du XIXème siècle ont été inspirés par la beauté des paysages pyrénéens.

Par son appartenance au massif pyrénéen, le département a également des liens privilégiés avec l'Occitanie et l'Espagne toute proche. Pau en est la préfecture et Bayonne et Oloron-Sainte-Marie les sous préfectures.

Les Pyrénées-Atlantiques comptent trois arrondissements, 52 cantons et 545 communes.



Une démographie dynamique

Début 2011, la région Aquitaine comptait 3,26 millions d'habitants, soit 5,2 % de la population métropolitaine. D'ici 2040, en supposant que la tendance démographique se maintienne, la population d'Aquitaine augmentera de 20 % pour atteindre 3,88 millions d'habitants.

Depuis 1999, la population aquitaine progresse de 1 % par an, contre 0,4 % entre 1990 et 1999. Ce taux de croissance est supérieur au taux national de 0,7 % par an. La croissance démographique est soutenue principalement par les migrations (0,85 %) alors que pour la France métropolitaine, elle dépend majoritairement de l'accroissement naturel.

Les échanges migratoires entre régions se sont intensifiés. L'Aquitaine attire plus d'habitants des autres territoires qu'elle n'en laisse partir, sauf avec deux régions : Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Pour 10 000 habitants, 162 ont quitté l'Aquitaine et 223 sont venus s'y installer après 1999. L'Aquitaine reste ainsi, avec la Bretagne, au troisième rang des régions métropolitaines en termes de migrations internes.


L'âge moyen des Aquitains est de 42 ans

L'espérance de vie à la naissance continue d'augmenter. En Aquitaine, en 2007, elle est passée pour les hommes à 77,9 ans, avec un gain de 5 mois par rapport à 2006 et à 84,7 ans pour les femmes (+ 2 mois). Le taux de mortalité diminue légèrement et s'établit la même année à 9,4 décès pour 1000 habitants.

La part des personnes âgées ne cesse de s'accroître et la population aquitaine est plus âgée que celle de la métropole : en 2012, son âge moyen s'élève à 42 ans, soit deux ans de plus. Un quart des Aquitains ont au moins 60 ans et un sur dix a atteint 75 ans.


Une part de population immigrée inférieure à la moyenne nationale

La population immigrée occupe une part sensiblement inférieure à la moyenne nationale. Lors du recensement effectué en 1999, la population de l’Aquitaine comptait 5,4 % d’immigrés alors que la France métropolitaine en comptait 7,4 % en moyenne. Parmi les immigrés entrés dans la région depuis 1990, plus de la moitié sont originaires de différents pays de l’Europe et près d’un tiers d’Afrique du nord. Mais, au sein de la population immigrée, plus de la moitié des élèves et des étudiants sont originaires de pays extérieurs à l’Union européenne.

La population immigrée se localise principalement en Gironde et dans les Pyrénées-Atlantiques. Une forte communauté de nationalité espagnole est présente dans la zone qui s’étend de Saint-Jean-de-Luz à Hendaye.

Au 1er janvier 2005, 175 000 personnes immigrées avaient leur résidence principale en Aquitaine, soit 5,8 % de la population régionale. Cette part est stable depuis 1999. Les immigrés sont le plus souvent natifs d'un pays de l'Union européenne. Sont également bien représentés ceux originaires d'Afrique. Les femmes immigrées sont plus nombreuses que les hommes. Le niveau de formation s'est élevé nettement pour les immigrés, comme pour l'ensemble de la population.

Une structure sociale fortement hétérogène entre départements

Comparativement à l’ensemble de la France métropolitaine, l’Aquitaine se caractérise par :

  • des pourcentages plus importants d’agriculteurs, d’artisans et de retraités,
  • des pourcentages moins importants de cadres, de professions intermédiaires et d’ouvriers,
  • pourcentage équivalent d’employés.

La structure sociale est assez sensiblement différente d’un département à l’autre. Le département de la Gironde se caractérise par une répartition assez proche des moyennes nationales alors que celle des Pyrénées-Atlantiques est sensiblement identique aux moyennes régionales. En revanche, la structure sociale des trois autres départements se distingue par une part plus importante des agriculteurs, des artisans et des retraités comparativement à la moyenne tant nationale que régionale.

 Source : Insee, www.insee.fr



L'économie aquitaine

Une économie dominée par le tertiaire mais qui conserve son originalité

L’Aquitaine suit globalement les grandes tendances de l’évolution constatée au niveau national : diminution du poids des branches « agriculture », « industrie » et « construction  » au profit des services tant marchands qu’administrés. 

Malgré cela, la région conserve son originalité par le rôle essentiel que jouent l’agriculture, la sylviculture et la pêche en alimentant en aval les industries agro-alimentaires, du meuble et du carton. 

Au 31 décembre 2010, l’Aquitaine comptait 1 312 700 emplois, soit 5 % du total métropolitain. La moitié (48 %) sont localisés en Gironde et le reste dans les quatre autres départements : 20 % dans les Pyrénées-Atlantiques et entre 9 % et 11 % pour la Dordogne, les Landes et le Lot-et-Garonne. Plus des trois quarts des emplois (78 %) se situent dans le tertiaire marchand et non marchand.

L’Aquitaine constitue, pour la structure de sa main-d’œuvre, une région moins industrielle et plus agricole que la France métropolitaine dans son ensemble : 4,6 % des emplois dans l’agriculture et 11,7 % dans l’industrie contre respectivement 2,4 % et 13,0 % en France métropolitaine.

Parmi ces emplois régionaux, 11,7 % sont des emplois non salariés ; proportion plus élevée de 2,6 points qu’au niveau métropolitain et de 1,7 point par rapport au niveau France de province. Dans tous les départements, excepté la Gironde, la part des non-salariés dépasse celle de la région.


Un secteur industriel dynamisé par l’aéronautique et le spatial

L’industrie occupe une place relativement moins importante dans l’économie aquitaine que dans d’autres régions françaises. Elle se caractérise aussi par sa diversité : les secteurs de pointe à forte intégration technologique (aéronautique, chimie, automobile, électronique) côtoient des activités plus traditionnelles (agro-alimentaire, bois-papier, cuir-habillement) et des industries émergentes (biotechnologies, optique et laser, énergies nouvelles).

En Aquitaine, le secteur de la construction aéronautique et spatiale (hors défense) joue un rôle prépondérant. En 2008, il mobilise 13 000 salariés au sein d’une trentaine d’établissements, situés pour la plupart en Gironde et en Pyrénées-Atlantiques, et induit autant d’emplois dans des établissements liés au secteur. L’Aquitaine se place au troisième rang des régions françaises derrière Midi-Pyrénées (30 %) et l’Île-de-France (24 %).

Cette composante du tissu industriel aquitain représente 9 % de l’emploi salarié industriel de la région. En France métropolitaine, la "construction aéronautique et spatiale" (hors défense) constitue 2,7 % de l’emploi industriel national.

Le laser Mégajoule (CEA – CESTA), projet dont le budget s’élève à deux milliards d’euros, fait de l’Aquitaine la région européenne au plus fort potentiel scientifique et technique en optique laser et le leader mondial dans la conception et l’exploitation de lasers intenses.


L’Aquitaine au premier rang des régions agricoles françaises

Première région mondiale pour les vins d’appellation contrôlée, l’Aquitaine avec une production à 70 % végétale, demeure également au premier rang des régions agricoles françaises. Elle produit notamment plus de 80 % de la production française de maïs doux et de prunes à pruneaux et plus de la moitié des kiwis et des noisettes.

Avec la première forêt cultivée d’Europe et la première région boisée en France, la région produit également plus de 12 millions de m3 de bois dont 60 % pour les ouvrages et 40 % pour l’industrie.


Le tourisme en Aquitaine : un impact saisonnier sur l’emploi

En 2005, en Aquitaine, le tourisme génère 48 600 emplois salariés en moyenne annuelle, soit 5 % de l’emploi salarié régional, un poids comparable à celui des transports. Situés principalement sur le littoral, ces emplois se caractérisent par une forte saisonnalité. Entre les mois d’hiver et ceux d’été, le nombre d’emplois “touristiques” double, alors que dans le même temps l’emploi salarié régional n’augmente que de 9 %. Les emplois “touristiques” passent de 34 500 emplois en janvier (3,7 % des emplois salariés de la région) à 72 400 emplois en août, soit un poids de 7,1 %.

En Aquitaine, le tourisme balnéaire devance le tourisme intérieur, historique et culturel, en termes de fréquentation. Les trois départements côtiers concentrent 83 % de l’emploi salarié lié au tourisme. 

La moitié de l’emploi salarié régional total se situe en Gironde. Mais les 18 000 emplois générés par le tourisme dans ce département ne représentent que 3,8 % de l’emploi salarié total. La part d’emploi touristique dans l’emploi salarié total s’avère la plus élevée dans le département des Landes (8,3 %). Viennent ensuite les Pyrénées-Atlantiques (6,6 %) et la Dordogne (5 %). Enfin, le tourisme en Lot-et-Garonne, département pourtant situé sur l’axe des vacanciers Bordeaux-Toulouse, ne génère en moyenne sur l’année que 3,2 % des emplois salariés.


Une économie dynamique en termes de création d’entreprises

La création d’entreprise est l’un des points forts de l’économie de l’Aquitaine, qui occupe le quatrième rang des régions françaises par le taux de création.

Au 1er janvier 2010, l’Aquitaine compte 312 000 établissements (hors secteur de la défense), soit 6 % des établissements de la France métropolitaine. Plus de la moitié d’entre eux n’emploient pas de salariés, près de 30 % en comptent moins de dix et 0,5 % seulement atteignent au moins la centaine de salariés.

Les trois quarts des entreprises nouvelles exercent une activité de services. Une sur cinq s’établit dans le commerce. Six entreprises sur dix sont créées sous le régime de l’auto-entrepreneuriat.

Toujours au 1er janvier 2010, l’Aquitaine compte 61 400 entreprises artisanales, soit 6 % du total France métropolitaine. Ces entreprises artisanales exercent principalement leur activité dans le secteur de la construction et dans celui du commerce, de la réparation automobile et motocycles (13 %). Six sur dix n’ont pas de salarié. Lorsqu’elles en emploient, 90 % d’entre elles en ont moins de 10.

Les dépenses intérieures de recherche et développement des administrations publiques et des entreprises de l’Aquitaine s’élèvent à 1,3 milliard d’euros en 2009, soit une progression de 14,7 % par rapport à 2008, contre 3,9 % pour la France. Ce montant place l’Aquitaine au 7e rang des régions françaises, devancée par l’Île-de-France, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon et Bretagne. En Aquitaine, comme dans la plupart des régions, les dépenses du secteur privé (65 % des dépenses de R&D totales) sont supérieures à celles des administrations.


Le renouvellement des emplois sur la période 2005-2015

L’évolution des effectifs et postes à pourvoir entre 2005 et 2015 par secteur professionnel a fait l’objet d’une estimation par la DEP. Cette estimation a été conduite à partir des données des recensements de 1990 et de 1999 d’une part et de l’étude Les métiers de 2015 – DARES – Le plan.

Elle montre, hors secteur de l’enseignement et de la formation, qu’en moyenne sur la période 2005 – 2015, 40 000 postes devraient être pourvus chaque année. Ce besoin de renouvellement excèderait donc de près de 30 % l’effectif moyen des classes d’âge actuellement en formation dans l’Académie de Bordeaux.

Source : Insee, www.insee.fr/fr/regions/aquitaine 


PARTAGER CETTE PAGE
  • Imprimer
  • Agrandir

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France

C'EST PRATIQUE

 Services de l'éducation nationale


Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

services



STOP HARCELEMENT
 


N° vert  de l'académie






EN CE MOMENT

"L'apprentissage c'est votre avenir", le site référence pour tout savoir sur l'apprentissage
 




Faites nous part de vos suggestions, participez à un café des parents !



Le site du café des parents



Le numérique au service de l'École

faites entrer l'école dans l'ère du numérique