Socle commun

Le socle commun

Le "socle commun de connaissances et de compétences" présente ce que tout élève doit savoir et maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire. Introduit dans la loi en 2005, il rassemble l'ensemble des connaissances, compétences, valeurs et attitudes nécessaires pour réussir sa scolarité, sa vie d'individu et de futur citoyen.

Un livret personnel de compétences permet de suivre la progression de l'élève. Depuis 2011, la maîtrise du socle est nécessaire pour obtenir le diplôme national du brevet (D.N.B.).

 

La loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'École de la République du 8 juillet 2013 prévoyait un nouveau socle commun, désormais intitulé "socle commun de connaissances, de compétences et de culture". Publié au journal officiel (Décret n° 2015-372 du 31 mars 2015 relatif au socle commun de connaissances, de compétences et de culture), ce nouveau socle concerne les élèves de six à seize ans et sera mis en œuvre à partir de la rentrée scolaire 2016. Il est constitué de cinq domaines :

  1. les langages pour penser et communiquer
  2. les méthodes et outils pour apprendre
  3. la formation de la personne et du citoyen
  4. les systèmes naturels et les systèmes techniques
  5. les représentations du monde et l'activité humaine

Le socle est en cohérence avec les nouveaux programmes de l’école et du collège dont la mise en œuvre progressive débute à la rentrée 2015.

 

Découvrez les détails et les enjeux des domaines qui constituent ce socle commun.

La priorité au 1er degré

La loi de refondation de l'école de la République du 8 juillet 2013 porte une ambition pédagogique qui vise à réduire les inégalités et à favoriser la réussite de tous les élèves. Elle donne notamment une priorité au 1er degré qui se marque par les mesures suivantes :

  • La réforme du temps scolaire avec de nouveaux rythmes plus adaptés aux besoins des élèves et permettant la mise en œuvre d'une pédagogie plus différenciée.
  • La création de dispositifs d'aide pour les écoles situées dans un environnement social défavorisé : scolarisation des enfants de moins de 3 ans et mise en œuvre du dispositif « plus de maîtres que de classes ».
  • La redéfinition des missions de l'école maternelle, qui constitue un cycle à part entière préparant, de manière progressive et respectueuse du développement des enfants, aux apprentissages ultérieurs.
  • La refonte des programmes et du socle commun pour permettre une meilleur continuité entre l'école et le collège. Cette continuité se marque notamment par l'intégration des niveaux de CM1, CM2 et 6ème dans le même cycle d'apprentissages (cycle de consolidation) et par la création des conseils école-collège qui œuvrent à la cohérence et à la continuité du travail des équipes.

La continuité des apprentissages (1er et 2nd degré)

Le socle commun de compétences, de connaissances et de culture présente ce que tout élève doit savoir et maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire c'est-à-dire à la sortie du collège. Introduit dans la loi en 2005, il rassemble l'ensemble des connaissances, compétences, valeurs et attitudes nécessaires pour réussir sa scolarité, sa vie d'individu et de futur citoyen.
À partir de la rentrée 2016, un nouveau socle commun entrera en vigueur. Il s'articule autour de cinq domaines donnant une vision d'ensemble des objectifs des programmes de l'école primaire et du collège. Ces programmes, qui entrent en application en 2015, déclineront et préciseront ce nouveau socle.
La continuité entre le 1er et le 2nd degré se marque notamment par l'intégration des niveaux de CM1, CM2 et 6ème dans le même cycle d'apprentissages (cycle de consolidation) et par la création des conseils école-collège qui œuvrent à la cohérence et à la continuité du travail des équipes.

Les langues vivantes

L'enseignement des langues vivantes étrangères vise à construire à l'école élémentaire des compétences permettant de valider le niveau A1 du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues. Cet enseignement débute dès le CP et se poursuit jusqu'au CM2 à raison de 54 heures par année scolaire. Dans le département de la Gironde, la très grande majorité des élèves apprennent ainsi l'anglais. L'enseignement de l'espagnol ou de l'allemand est également proposé dans certaines écoles.

Par ailleurs, depuis 2011, des filières bilingues français/occitan ont été créées dans deux écoles du département. Elles permettent aux élèves de la petite section au CM2 de bénéficier d'un enseignement dispensé à parité horaire entre les deux langues.

A la DSDEN de la Gironde, le travail sur les langues vivantes est coordonné par un IEN chargé de cette mission accompagné par deux conseillères pédagogiques. Le rôle de cette équipe est d'accompagner, en lien avec les circonscriptions, la mise en œuvre de la politique éducative nationale, académique et départementale dans ce domaine, notamment par des actions d'impulsion et de formation.

Une circulaire départementale fixe les modalités d'enseignements des langues vivantes étrangères autour des principes de continuité et de progressivité du CP au CM2 en cohérence avec les apprentissages proposées au collège.

L'Action culturelle

La loi pour la refondation de l'École de la République a reconnu pour la première fois l'éducation artistique et culturelle (EAC) comme un des grands domaines de la formation générale dispensée à tous les élèves. L'EAC vise l'acquisition et l'appropriation par chacun d'une culture artistique qui est une composante de la culture commune portée par le socle commun de connaissances, de compétences et de culture. On saisit l'importance de cette formation transdisciplinaire pour l'éducation de futurs citoyens autonomes et éclairés dans un monde où  la liberté de pensée et de conscience reste encore et toujours un des enjeux majeurs de l'école républicaine.

L'EAC est organisée sous la forme d'un parcours qui invite à penser cette éducation de façon continue sur le temps long des scolarités primaire et secondaire. A ce titre, les conseils écoles–collèges seront un outil précieux pour la construction de parcours cohérents et diversifiés.

Le chantier de réécriture des projets d'école qui nous attend devra nécessairement prendre en compte ces parcours d'élèves qui reposent sur la rencontre avec des œuvres et des artistes, sur des pratiques individuelles et collectives et sur l'acquisition de compétences. Cette éducation s'appuiera avec profit sur les structures culturelles locales dans le cadre de partenariat et sur les actions artistiques et culturelles départementales.

L'EAC doit rester pour nos élèves une formidable opportunité de se cultiver en éprouvant le plaisir d'apprendre.


Pour en savoir plus

 

La mise en œuvre du projet académique en Gironde 

  • Mettre en œuvre la refondation de l'école de la République (socle, nouveaux programmes, rythmes scolaires, relance de l'éducation prioritaire). Dans ce cadre, de nouveaux dispositifs sont mis en œuvre, notamment pour aider les élèves ayant des besoins particuliers : 56 postes de maîtres supplémentaires ont été ouverts en Gironde.
    Ces moyens supplémentaires concernent notamment les écoles des 3 secteurs inscrits dans les dispositifs « REP + » (collèges Lapierre et Montaigne à Lormont et Blanqui à Bordeaux). Ces secteurs bénéficient en outre de moyens de remplacement supplémentaires pour la formation des enseignants (12 moyens pour le remplacement et la formation pour l'ensemble de ces 3 collèges).

  • Accompagner les élèves dans leurs apprentissages et leurs parcours scolaires. A ce titre, le département a créé des pôles de travail pilotés par des IEN et comprenant des personnels dédiés à l'accompagnement et à la formation des enseignants. Ces pôles de travail concernent actuellement le numérique, les langues vivantes, l'éducation artistique et culturelle et l'EPS.
    Enfin, un travail est conduit pour mieux scolariser les élèves à besoins particuliers, avec des moyens dédiés aux élèves allophones et aux enfants du voyage.

  • Poursuivre une politique de formation ambitieuse pour les enseignants. A ce titre, 70 maîtres formateurs sont mobilisés pour accompagner les enseignants stagiaires. De même, des postes supplémentaires de conseillers pédagogiques ont été créés pour accompagner les enseignants débutants dans les circonscriptions qui en ont besoin.
    Enfin, un dispositif de formation à distance complémentaire est mis en œuvre de façon complémentaire à l'ensemble des formations départementales.
  • Imprimer
  • Agrandir

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France

C'EST PRATIQUE

 Services de l'éducation nationale


Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

services



STOP HARCELEMENT
 


N° vert  de l'académie







EN CE MOMENT

"L'apprentissage c'est votre avenir", le site référence pour tout savoir sur l'apprentissage
 




Le numérique au service de l'École