L'égalité des chances

PARTAGER CETTE PAGE

Le genre, la ville

Le genre, la ville, coll. Travail, genre et sociétés, Ed. La Découverte, avril 2015

Le numéro 33 de la revue Travail, genre et société (avril 2015), sous la direction de Marion Paoletti, Nicole Mosconi, Yves Raibaud, comprend un dossier intitulé « le genre, la ville ».  Trois aspects sont principalement pris en compte par les contributeurs : Sophie Louargant analyse la dimension genrée des espaces de nature dans l’agglomération grenobloise, Yves Raibaud travaille sur la fabrique genrée de la ville durable dans l’agglomération bordelaise, Lidewiej Tummers réfléchit au prisme du genre sur les documents de planification urbaine dans plusieurs capitales européennes.  


Pour récents et importants que soient les travaux produits par des géographes et des urbanistes sur le caractère androcentré de la ville, ce numéro de TGS ne cherche pas à  en dresser un bilan,  mais plutôt, à partir de l’étude des processus immédiatement contemporains de fabrique de la ville, de montrer comment ces logiques genrées sont toujours à l’œuvre. Ainsi, en dépit d’une prise de conscience récente, tant dans la recherche que dans le mouvement associatif ou l’action publique, rien ne garantit que la ville de demain soit davantage mixte et surtout support d’une égalité sexuée. 


En effet, comme le montre le géographe Yves Raibaud à partir de l’exemple de la Communauté Urbaine de Bordeaux, les emblèmes modernisateurs qui président à la mobilisation des acteurs de la ville de demain, tels le développement durable, se révèlent fondamentalement ambivalents dans la prise en compte de la situation des femmes. La ville de demain, slow et écologique, se fera-t-elle au détriment des femmes ? C’est aussi que les méthodes de production les plus valorisées de cette ville du futur, et en premier lieu « la démocratie participative », paraît à l’usage assez aveugle aux modes de vie des femmes et sourde à leurs voix, partiellement différentes. 


Sophie Louargant, géographe, quant à elle insiste sur la distance toujours problématique entre les intentions affichées en matière d’égalité des sexes dans la ville et la difficile prise en compte par l’action publique locale des usages partiellement différenciés entre les femmes et les hommes des espaces, ici de nature dans l’agglomération grenobloise. Les décideurs ont  inscrit à leur agenda politique la prise en compte des inégalités entres les femmes et les hommes dans l’occupation de l’espace, notamment en commandant une étude auprès de géographes sur l’usage des parcs de nature qui révèle bien des différences entre les sexes. Toutefois ce constat a du mal à alimenter durablement l’action publique. 


Enfin, à partir d’exemples pris dans différentes villes européennes (Vienne, Berlin, Barcelone), Lidewij Tummers, urbaniste, montre que les méthodes de planification urbaine, notamment quand elles intègrent la question écologique et quelles que soient leurs évolutions, peinent à intégrer efficacement les inégalités sexuées ou de sexualité. Paradoxalement le gender mainstreaming, porté par les pays d’Europe du Nord, fait son chemin, au point d’être devenu en France depuis 2012 une politique publique à part entière sous le nom d’ « approche intégrée de l’égalité ». 


Les jeux sont donc loin d’être faits, dans un sens ou dans un autre, ce qui laisse une marge de manœuvre importante à l’action collective, et l’on ne s’étonnera pas de trouver en filigrane dans chaque article les références à une participation active et militante des citoyennes pour un « droit à la ville » qui fait son chemin dans les consciences, depuis les premières marches exploratoires de femmes des années 1980 au Brésil et au Québec. 


Marion Paoletti
est maîtresse de conférences HDR en science politique à l’Université de Bordeaux et chercheure au Centre Émile Durkheim (IEP de Bordeaux – Université de Bordeaux). Elle travaille sur la décentralisation, la démocratie participative, le genre et la mise en œuvre de la réforme paritaire. Marion Paolette est chargée de mission égalité femmes-hommes à l’Université de Bordeaux.


Yves Raibaud
est géographe, maître de conférences HDR à l’Université Bordeaux Montaigne, ADESS CNRS. Ses thèmes de recherche sont : géographie du genre, géographie de la musique, loisirs des jeunes, engagement associatif dans le domaine de la santé. Yves Raibaud est chargé de mission pour l’égalité femmes-hommes à l’Université Bordeaux Montaigne. 


Nicole Mosconi
est professeure émérite de l'Université Paris X, spécialiste de sciences de l'éducation, membre du Centre de recherche éducation et formation (CREF), équipe "Genre, savoir, éducation".

PARTAGER CETTE PAGE
  • Imprimer
  • Agrandir

DSDEN DE L'ACADEMIE

Carte des établissements de France

C'EST PRATIQUE

 Services de l'éducation nationale


Une sélection de services répondant aux besoins des élèves, des parents et des enseignants

services



STOP HARCELEMENT
 


N° vert  de l'académie







EN CE MOMENT

"L'apprentissage c'est votre avenir", le site référence pour tout savoir sur l'apprentissage
 




Le numérique au service de l'École